GDFSuez devient Engie 3 raisons d'y être opposé - 23 mai 2015

________________________________________

     agents et  citoyens  actionnaires                                                                                  

d’ EDF et GDF        pour le service public                                            

_________________________________________

Boite postale 2416            Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

69219 Lyon Cedex            www.aca-edfgdf.org                                                                         23 Mai 2015

 

 

 

Changement de nom de GDF Suez en Engie!      

                                                     3 raisons d'y être opposé

 

 

Sans prévenir et surtout sans consulter, les dirigeants de GDF Suez viennent de changer le nom du groupe GDF-Suez en Engie.

 

Nous avons trois raisons d’être d'y être opposés.

 

Tout d’abord, notre opposition à une manipulation idéologique.

Faire disparaître le nom de GDF dans le nom du groupe, est une tentative pour nous faire oublier d’où vient l’entreprise et d’où elle tirait sa légitimité. Faire ainsi comme si la création de GDF ne résultait pas du  programme du Conseil National de la Résistance et de la nationalisation du gaz et de l’électricité, faire ainsi comme si GDF n’avait pas eu pour mission d’exercer une mission de service public dans le sens de l’intérêt général, faire ainsi comme si GDF n’avait pas eu pour obligation de faire bénéficier ses clients, l’Etat et les collectivités locales de la rente gazière qu’elle dégageait.

Seul importerait désormais le grand avenir, que les dirigeants de l’entreprise nous prédisent radieux : celui des « free cash flows » éternellement positifs, dégagés dans des pays émergents à la croissance hors du commun avec celle de la vieille Europe, celui d’une financiarisation d'un groupe qui n'est plus une entreprise, groupe qui est sans cesse en développement, celui des juteux profits pour les actionnaires privés, ...

Tout cela grâce à la magie d’une transition énergétique et d’ENR, dans lesquelles on met des espoirs qui, bien sûr, ne seront jamais démentis, les dirigeants de l’entreprise s’affichant comme tellement convaincus ! En oubliant tout ce que ce groupe, devenu en fait financier, doit à son activité d'entreprise, notamment en France et en Belgique, et aux profits et rentes qu’elle y dégage. Un changement de nom réalisé sans aucune expression publique des représentants de l’Etat au Conseil d’Administration, Etat qui est l'actionnaire de référence du groupe. Un  vrai scandale, que ce silence!

 

Ensuite, notre opposition est d’ordre social.

Ce changement de nom est concomitant avec la volonté des dirigeants de casser l’entreprise en mille entités, pour  mieux la rendre profitable disent-ils! Une réorganisation, dont l’impact en termes d’emplois reste à évaluer avec précision, mais qui ne saurait être que négatif. Un changement de nom et combien de suppression d’emplois ?

Un nouveau nom qui vise aussi à effacer de la mémoire collective française le souvenir du travail accompli par les agents de GDF,  dans le cadre du service public. Par exemple, pour passer de la production de gaz de ville à l’exploitation du gaz de Lacq ou pour assurer l’extension de la zone de distribution du gaz en France, en garantissant la sécurité d’approvisionnement.

 

Enfin, notre opposition concerne la méthode de changement, au nom du respect que les dirigeants d'un groupe, notamment son Président, doivent à leurs clients, à leurs actionnaires, au premier rang desquels l’Etat, et à leurs personnels.

La méthode employée ici pour ce changement de nom est celle d'un coup de force. Aucune information ni concertation préalables, en particulier des partenaires sociaux. Un coup de force inadmissible porteur d’un mépris insupportable ! Il aurait été heureux que les représentants de l’Etat s’en indignent publiquement.

 

Télécharger le Communiqué.

Vous êtes ici : Accueil Communiqués GDFSuez devient Engie 3 raisons d'y être opposé - 23 mai 2015